La fièvre nous gagne.

Des affections comme la grippe sont d'origines virales et nous rappelons une fois encore que les antibiotiques ne sont d'aucune utilité dans ces cas.

La grippe est souvent traitée de manière symptomatique par l'usage d'antipyrétiques (anti fièvre) comme le paracétamol.

Cependant, la fièvre est une arme naturelle très efficace contre la plupart des bactéries et virus.

Quelques jours avec une température à 39°C peut venir à bout d'une infection.

Sauf avis contraire, laissons donc la fièvre nous gagner.

Elle peut venir à bout d'une infection virale.

La fièvre est très puissante.

Acceptons la.

Certaines bactéries et certains virus sont dotés de mécanismes biologiques moteurs qui leur confèrent une célérité supérieure à celle des lymphocytes.

Cela leur permet de fuir littéralement devant nos armes immunitaires, les lymphocytes, qui cherchent à les capturer et à les dissoudre.

Ainsi, fluidifier le sang avec des antalgiques comme l'aspirine semble encore contre productif de ce point de vue.

Mais évidemment, un excès de fièvre peut s'avérer très dangereux pour les personnes fragilisées.

Notre arme "fièvre" peut très bien échouer et même se retourner contre nos organismes.

Dans ces cas, le recours à des antipyrétiques et autres moyens s'imposent.

Mais il faut aussi savoir que le paracétamol est toxique pour le foie.

Il ne faut en prendre que sous avis médical et avec modération.

Au début, on peut garder la fièvre et même la stimuler.

Ensuite, en cas d'échec, il faut la maîtriser.

Soyons à l'écoute de nos corps.

Un instinct naturel.

AMEN

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now